Éthylotest anti-démarrage

Alcool : Permis spécial pour les fautifs

Dès le 1er décembre, les « permis sous conditions » vont être testés par l’Etat dans 3 départements. Ils permettront aux conducteurs ayant une suspension ou annulation due au taux d’alcool dans le sang, de conduire un véhicule équipé d’un éthylotest.

En effet, à partir de ce jeudi 1er décembre, les départements de la Drôme, de la Marne et du Nord auront cette nouvelle mesure de sécurité routière. Cette mesure de permis de conduire « sous condition » aura lieu uniquement pour les automobilistes arrêtés avec un taux d’alcoolémie élevée. Les objectifs sont multiples. Premièrement, soigner les automobilistes concernés pour leurs difficultés face à l’alcool. Deuxièmement, éviter la récidive des fautifs suite à une suspension, annulation suite à l’alcool.

L’éthylotest anti-démarrage

Effectivement, la limite autorisée pour le taux d’alcool est de 0.5 grammes par litre. À cet égard, un conducteur au-dessus de ce taux se verra suspendu de son permis jusqu’à maximum 3 ans. De ce fait, le conducteur ne pourra conduire sur cette période. Même s’il est estimé que 20% récidive derrière leur suspension. Pour faire raison généralement professionnelles, les conducteurs reprennent la route sans permis. En outre, les véhicules équipés d’un éthylotest antidémarrage (EAD) n’étaient jusqu’à présent possibles, uniquement si le taux d’alcoolémie était supérieur ou égal à 0.8 grammes par litre.

utilisation ethylotest antidemarrage
utilisation ethylotest antidemarrage

À cet effet, à partir du 1er décembre, les préfectures pourront restituer le permis. Elle aura lieu uniquement si le conducteur présumé utilise un véhicule équipé d’un EAD. Celui-ci sera mise à disposition suite à la loi Justice du XXIe siècle. Le fautif devra toujours passer des tests psychotechniques ainsi qu’une prise de sang. Ensuite, il devra passer devant la commission médicale qui en fonction des résultats précédents donnera un avis favorable ou non. Suite à cet avis, le préfet délivrera le permis sous conditions.

En somme, quand le conducteur soufflera dans l’éthylotest, son taux d’alcoolémie ne devra pas dépasser 0.25 mg d’alcool par litre d’air expiré, dans le cas contraire, la voiture ne démarrera pas. L’inconvénient principal sera le prix de l’éthylotest, aux alentours de 1000 €. Si ce test vient à fonctionner dans les 3 départements sélectionner, il sera mis en marche sur l’ensemble de la France à partir du 1er janvier 2019.

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire