big brother

Voitures connectées et vie privée

big brother is watching you
big brother is watching you

Aujourd’hui nous conduisons des voitures connectées par le biais des smartphones, GPS, ou encore d’applications embarquées. Les constructeurs automobiles récoltent donc une multitude de données sur leurs clients, données pouvant être vendues à des fins publicitaires ou a des sociétés d’assurance.

Au début de l’année, le responsable du marketing et des ventes de la société Ford, Jim Farley, avait provoqué un tollé au CES de Las Vegas en affirmant que leur société connaissait tous ceux qui ne respectaient pas la loi ainsi que le moment ou ils l’enfreignaient grâce à leurs voitures connectées. Il avait ensuite assuré que Ford ne transmettait ces données à quiconque, mais le mal était fait, le doute avait été semé dans l’esprit des usagers de voitures connectées.

Le 13 novembre aux Etats-unis deux grandes organisations représentant les constructeurs automobiles se sont engagées à ne pas utiliser ou transmettre les données de leurs clients, étape nécessaire pour conserver la confiance des conducteurs de voitures connectées et les rassurer sur la protection de leur vie privée. Ces organisations, à savoir l’Alliance of Automobile Manufacters et l’Association of Global Automakers regroupent de nombreuses firmes telles que General Motors, Ford, Mercedes, Chrysler, Porsche, BMW, Jaguar-Land Rover, Toyota, Volkswagen, Hyundai-Kia, Volvo ou encore Nissan.

Cet engagement de transparence de la part des constructeurs prendra effet aux Etats-Unis sur les voitures connectées de l’année-modèle 2017. Les consommateurs auront ainsi la garantie de connaître via le manuel d’utilisation de leur voiture connectée ou le site de la marque la manière dont sont utilisées leurs données (localisation, mode de conduite, habitudes de consommation…) récoltées par les services connectés. Les marques assurent également à leurs clients de déclarer systématiquement les raisons qui pourraient les amener à divulguer des informations personnelles aux autorités publiques.

Cet acte de foi qui se limite pour le moment au marché Américain tend à interpeller le législateur afin de limiter le risque  que soit mis en place un cadre juridique trop astreignant. On peut également y voir une opposition de l’industrie automobile à la société Google qui éprouve un grand intérêt pour l’utilisation des données recueillies grâce aux déplacements des voitures connectées à des fins publicitaires. La firme Mountain View qui cherche du côté du secteur automobile pour diffuser de la publicité itinérante et commercialiser ses services de géolocalisation représente également une menace assez grande pour amener les constructeurs de voitures connectées à mettre de côté leurs rivalités pour se liguer face à l’ennemi.

A présent, il ne reste plus à ces firmes qu’à s’engager auprès des autres pays où sont commercialisés leurs voitures connectées à veiller sur les données personnelles de leurs usagers.

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire