voiture autonome fin de l'assurance auto

Voiture autonome: la fin de l’assurance auto ?

L’assurance auto est elle condamnée à disparaître ? Avec l’arrivée prochaine sur le marché des voitures autonomes, les accidents vont se faire plus rares…

L’assurance auto est pour le moment obligatoire, et les conducteurs n’ayant pas assuré leur véhicule s’exposent à de fortes sanctions comme la confiscation du véhicule ou la suspension du permis de conduire. Néanmoins, avec l’arrivée imminente sur le marché de la voiture autonome, on peut se demander si celle-ci sera encore nécessaire. L’assurance auto telle qu’on la connaît va-t-elle disparaître ? De nombreuses sociétés telles que Google, Mercedes, Uber ou Tesla travaillent d’arrache-pied pour être les premiers à commercialiser leur voiture sans chauffeur. Une course à la technologie qui pousse les constructeurs et équipementiers automobiles à mettre au point des systèmes de sécurité et de pilotage de plus en plus perfectionnés. L’Highway Loss Data Institute, un organisme d’études américain, a récemment publié une étude démontrant une diminution de 40% des demandes d’assurances couvrant les blessures corporelles ainsi qu’une baisse de 27% des frais médicaux ! Le site internet Fortune estime quant à lui dans l’un de ses articles que l’arrivée sur le marché des véhicules autonomes entraînera une diminution de 60%  des primes d’assurances au cours des quinze prochaines années. On estime d’ailleurs qu’en 2035 près de 25% des véhicules en circulation seront autonomes.

 L’assurance auto serait-elle en voie d’extinction ?

L’arrivée prochaine sur le marché de la voiture autonome annoncerait-elle la fin de l’assurance auto, voire la disparition du permis de conduire ? Les compagnies d’assurances se posent la question, et si il est difficile de donner une réponse claire pour le moment, il est certain que ce type d’assurance devra faire l’objet d’aménagements dans le futur. En effet, les risques encourus ne seront plus les mêmes: on devrait recenser moins d’accident, mais resteront à redouter les problèmes d’ordre technique et les défaillances des logiciels de pilotage. Si la défaillance d’un véhicule est imputable au constructeur, les propriétaires des voitures du futur risqueront toujours de subir des dommages corporels suite à un accident de la route découlant de ces mêmes défaillances. Les deux parties auront besoin d’une couverture particulière, cependant, l’assurance automobile telle qu’elle existe actuellement ne prévoit pas ce type de risques.  Il faudra donc que les assureurs revoient sa forme pour la faire correspondre aux risques créés par ces nouvelles technologies. Ceux-ci réfléchissent également à de nouveaux services à proposer aux futurs usagers de voitures autonomes, par exemple l’envoi d’offres et de publicités sur la base des déplacements effectués par le véhicule, ou encore une protection contre les hackers, les voitures autonomes étant vulnérables au piratage. Les assureurs pourront également moduler l’assurance en fonction du conducteur grâce à des capteurs d’activité analysant la conduite. La voiture connectée sera donc un bon allié pour les assureurs souhaitant adapter leurs services.

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire