augmentation du tarif des autoroutes

Augmentation des tarifs des autoroutes

Une augmentation des tarifs des autoroutes est prévue par les sociétés d’autoroutes. Les autoroutes sont déjà rentabilisées, mais l’argent appelle l’argent.

péage pompe à fric
péage pompe à fric

 

Les sociétés d’autoroutes ne font aucun cas de la dénonciation de leurs prix abusifs par l’Autorité de la Concurrence et proposeront au gouvernement le premier février 2014 une augmentation des tarifs des autoroutes de 1%. La requête sera présentée vendredi matin  au Comité des usagers du ministère de l’Ecologie.

La plus forte augmentation des tarifs des autoroutes pour l’an prochain viendrait du réseau ASF de Vinci avec une hausse de 1,13%. La plus basse quant à elle proviendrait du réseau d’autoroutes SAPN appartenant au groupe  Sanef (lui même filiale du groupe espagnol Abertis) ainsi que du réseau d’autoroutes Cofiroute de Vinci avec une hausse de 0,27%. Le réseau APRR appartenant au groupe Eiffage pourrait quant à lui voir une augmentation du tarif des autoroutes de 0,7%.

En fin d’année les sociétés gestionnaires d’autoroutes (a savoir Vinci, Abertis et Eiffage) effectuent une demande de hausse tarifaire qui prend appui  sur l’inflation du mois d’octobre. Cette année, celle-ci s’élevait à 0,38%, ce qui est largement inférieur au pourcentage de l’augmentation des tarifs des autoroutes qui sera demandée pour l’année 2015. L’Etat doit ensuite étudier les propositions des différents groupes, ce qui donne souvent lieu à des négociations pouvant s’étirer jusqu’à la fin janvier afin de définir le réel taux de hausse.

Dans le cas où cette augmentation des tarifs des autoroutes serait acceptée, il s’agirait de la plus basse de ces dernières années:

-Cette année, hausse de 1.29%

-2013: 2.01%

-2012: 2.5%

-2011: 2.2%

Depuis 2013 nous subissons en moyenne une augmentation des tarifs des autoroutes de 1.90%.

hausse des prix des péages
hausse des prix des péages

Augmentation du tarif des autoroutes: l’état négocie

Suite à l’annonce de l’augmentation des tarifs des autoroutes la réaction de la ministre de l’écologie Ségolène Royal ne s’est pas fait attendre. Pour elle, annoncer une hausse du prix du péage alors que le gouvernement tente de négocier une baisse du prix des péages est une provocation de la part des sociétés d’autoroutes. La ministre argue également qu’étant bénéficiaires de concessions publiques le gouvernement trouvait normal de changer les modalités de leurs contrats et de leur demander des comptes sur la façon dont elles ont l’intention de compenser le trop-perçu sur les usagers mis en lumière par la Cour des Comptes. La logique aurait en effet voulut que les tarifs des péages baissent en compensation. A titre d’information les sociétés d’autoroutes ont fait payé 20% de trop aux automobilistes. Sur 100 euros de péage cela équivaut à 22 euros de bénéfice net.

Cette possible augmentation des tarifs des autoroutes a également provoqué la rogne de l’association 40 millions d’automobilistes, association membre du Comité des usagers. Pour le délégué général de l’association, Pierre Chasseray cette augmentation des tarifs des autoroutes est inacceptable dans la mesure ou Emmanuel Macron avait promis que ceux-ci baisseraient. Il a également assuré que l’association allait réagir à cette annonce en lançant une vaste opération de mobilisation.

 

Une défense bancale

Les sociétés concessionnaires expliquent cette possibilité d’augmentation du tarif des autoroutes par le fait que les péages sont régis par une formule qui se calque en majeure partie sur le dernier taux d’inflation en usage ainsi que par les investissements recommandés par les opérateurs et l’Etat et les conséquences possibles des nouvelles taxes.

argent
argent
 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire