Rouler à l’eau salée avec la Quant e-Sportlimousine

Rouler à l’eau salée ? Cela sera bientôt possible grâce à une voiture suisse haut de gamme, la Quant e-Sportlimousine qui carbure avec des sels métalliques.

La Quant e-Sportlimousine arbore une allure futuriste en adéquation avec l’avancée technique qu’elle représente. Cette voiture n’a besoin ni de pétrole ni d’électricité pour avancer. Présentée lors du dernier salon de Genève , ce modèle puissant et silencieux permet de rouler à l’eau salée. Ce nouveau type de moteur carburant à l’eau salée a été homologué il y a peu pour les routes européennes. Cette automobile est le fruit d’une collaboration entre les entreprises Nanoflowcell (à qui on doit le système de batterie) et Quant (qui s’est chargé du design du véhicule).

Cette monocoque sportive et élégante compte quatre places. Elle est dotée d’une carrosserie faite en fibres de carbone, d’un système d’ouverture de portes papillon, ainsi que d’un système de propulsion de la marque Nanoflowcel lui permettant de rouler à l’eau salée, ce qui fait toute la particularité de ce modèle. Cette voiture est équipée de quatre moteurs électriques placés sur chacune des roues, et développe une puissance totale de 920 chevaux. La Quant e-Sportlimousine peut atteindre une vitesse maximale de 348,8 Km/h, passe de 0 à 100 Km/h en 3 secondes, et dispose d’une autonomie approchant les 600 Km.

moteur de la Quant eSportlimousine
moteur de la Quant eSportlimousine

Rouler à l’eau salée: une prouesse technique

Les quatre moteurs électriques alimentant les roues de ce véhicule ne diffèrent en rien des moteurs électriques que l’on connaît, c’est leur système d’alimentation qui est innovant. Ce système consiste en un assemblage de piles à combustible et de batteries qui utilisent le principe de l’électrolyse au sein d’un liquide composé en partie d’eau salée. Malheureusement, ce ne sont pour le moment pas des sels marins qui font rouler le bolide, mais des sels métalliques. On ne peut donc pas encore rouler à l’eau de mer. Il faut deux liquides différents pour propulser la voiture: un liquide chargé positivement et l’autre  chargé négativement. Ces liquides sont aspirés par une pompe puis réunis par le biais d’une membrane qui permet de produire l’électricité nécessaire pour faire avancer la voiture. Ce carburant est largement moins onéreux que l’essence, et les sels métalliques sont non-toxiques. Rouler à l’eau salée représente donc une alternative économique et écologique au pétrole. Autre innovation remarquable, cette voiture est capable de stocker 12 Kw, ce qui est 5 fois supérieur à la capacité de stockage de la batterie de la Nissan Leaf. Pour ce qui est de sa consommation d’énergie, ce véhicule consomme entre 20 à 30 Kwh pour 100 Km parcourus, ce qui représente une autonomie comprise entre 400 et 600 Km.

Toutefois pour que l’usage de cette voiture au quotidien soit possible, il faudra créer des infrastructures permettant de la recharger avec les deux liquides chargés positivement et négativement. Néanmoins, face à l’avancée technique et écologique que représente ce modèle, il s’agit d’un faible tribut à payer.

système de propulsion permettant de rouler à l'eau salée
système de propulsion permettant de rouler à l’eau salée

 

 

 

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire