La Poste pourra faire passer l’examen dès le 13 juin

Dans quelques semaines, la poste pourra faire passer l’examen. Les inspecteurs du permis de conduire pourront être soulagés de leur tâche de surveillance de l’examen du code de la route. Une externalisation qui devrait permettre de raccourcir les délais de passage.

l’Etat a confié un agrément à La Poste

L’examen du code de la route s’externalise pour permettre aux 1,4 millions de candidats annuels de passer au plus vite cette épreuve, l’Etat a confié un agrément à La Poste et au groupe d’inspection et de certification SGS. C’était l’un des points de la réforme du permis de conduire initiée en juin 2014.

Dès le 13 juin, les intéressés pourront passer l’examen dans le bureau d’un conseiller financier de La Poste ou dans un centre de contrôle technique automobile dépendant du groupe SGS (AutoSécurité et Autotest, ou dans des salles louées). Neuf centres d’examen seront ouverts par la Poste à partir du mois de juin, avec un objectif de 300 infrastructures installées d’ici à la fin de l’année. Le groupe SGS devrait commencer avec 13 centres et espère en déployer 350 à 400 d’ici fin 2016.

La Poste et le groupe d'inspection et de certification SGS ont obtenu l'agrément de l'Etat pour faire passer l'examen du code de la route à partir du 13 juin.

Des résultats en 24h à 48h

Les candidats répondront aux questions sur une tablette numérique. Elles seront posées aléatoirement, pour empêcher toute triche sur son voisin. Ces tablettes seront ensuite connectées aux services du ministère de l’Intérieur, où les épreuves seront corrigées électroniquement. Les résultats seront communiqués aux opérateurs qui les transmettront aux candidats et à leur auto-école dans un délai de 24 à 48 heures. Ils devront s’acquitter d’une redevance de 30 euros, à payer lors de leur inscription via leur auto-école ou en ligne. Cette externalisation de la surveillance devrait permettre de réduire les temps d’attente pour passer le permis de conduire. En effet, les inspecteurs, jusqu’ici chargés aussi de la surveillance du code, pourront se consacrer au temps passé en voiture avec le candidat.

Si 160 facteurs ou guichetiers ont déjà été formés pour faire passer cet examen (accueil, vérification d’identité, surveillance), le groupe espère en compter 400 d’ici les trois prochain mois. « C’est un prolongement naturel de notre mission de service public », a expliqué le directeur des nouveaux services de La Poste, Jack Azoulay, en présentant l’un des deux futurs centres parisiens.

Un examen polémique

Ils sont 12 examinateurs pour le moment chez SGS, mais ne sont dédiés qu’à cette tâche de surveillance et devraient être une trentaine à terme. Selon la directrice des programmes de SGS, Roselyne Defer, « il était légitime (de postuler) car cette activité s’inscrit dans notre cœur de métier qui consiste à délivrer des inspections, des contrôles et des certifications, notamment dans le contrôle technique automobile ».

L’examen dépoussiéré du code de la route a fait polémique depuis son entrée en vigueur au début du mois de mai. Le taux de réussite a été divisé par cinq, provoquant la colère des candidats et des auto-écoles. Un avocat veut même tenter une action en justice contre le gouvernement.

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire