Close

Drogues au volant, le nouveau prélèvement salivaire arrive fin 2016

Nouvelle méthode de prélèvement salivaire

Jusqu’à aujourd’hui, le prélèvement salivaire pour les drogues au volant représentait peu d’importance dans le contrôle de la sécurité routière. Le prélèvement va avoir une nouvelle méthode bien moins contraignante pour les forces de l’ordre d’ici la fin d’année.

La généralisation des prélèvements salivaires pour détecter l’usage de stupéfiants au volant ou au guidon aura lieu à la fin de cette année 2016. Ces prélèvements salivaires remplaceront, à terme, les prélèvements sanguins toujours en vigueur.
Afficher l'image d'origine
Drogue au volant

La détection d’usage de stupéfiants au volant, ainsi que pour les motards, reste marginale et très contraignante pour les forces de l’ordre: « actuellement, après un premier dépistage salivaire positif, les forces de l’ordre doivent emmener le conducteur à l’hôpital le plus proche pour un prélèvement sanguin, afin de caractériser l’infraction« . Cette méthode engendre une perte de temps très importante non seulement pour les gendarmes et policiers, qui doivent souvent patienter plusieurs heures, mais aussi pour le conducteur et les médecins des urgences. En outre, la méthode mobilise du personnel. Pour chaque automobiliste, il faut à minima, deux gendarmes ou deux policiers pour l’accompagner à l’hôpital.

Méthode plus simple pour les forces de l’ordre

La méthodologie sera bien plus simple pour les gendarmes et policiers qui n’auront plus qu’à tester sur place les échantillons : « avec la généralisation des prélèvements salivaires, si le test de dépistage est positif, un prélèvement salivaire sera effectué sur place à l’aide d’un kit de prélèvement à la portée des gendarmes et policiers. Ce kit sera par la suite envoyé en laboratoire, comme pour le prélèvement sanguin« .

Le gouvernement est actuellement en train de lancer un appel d’offres pour « équiper les gendarmes et policiers de 80 000 kits« . Le coût total de cette commande serait estimé d’environ 300 000 €.

Mais cette nouvelle méthode serait largement compensé par le fait qu’il n’y aurait plus besoin de mandater un médecin pour terminer l’analyse à l’hôpital.

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire

© 2018 L’actualité de la route par AAAEP, expert en tests psychotechniques
50€ offerts pour le passage de l'Examen du code ou pour un Stage de Récupération de points
Inscrivez-vous vite pour recevoir la Réduction par Mail !
Nous respectons votre vie privée
%d blogueurs aiment cette page :