la voiture électrique autonome

La voiture électrique autonome fait de l’ombre aux taxis et VTC

La flotte de la voiture électrique autonome arrive dans les années à venir. Gérées par des opérateurs de mobilité comme Uber pour des ex-conducteurs devenus utilisateurs, plusieurs métiers vont être transformés.

La voiture électrique sortie au environ de l’année 2011 a désormais l’air très accordé avec son volant. Dans les grandes villes, les concessions automobiles déjà en perte de vitesse depuis 10 ans voient leur fréquentation chuter par les urbains et péri-urbains n’achètent quasiment plus de voiture individuelle. Ils préfèrent les nouvelles offres de mobilités Uber et Apple en voitures électriques autonomes. Le trajet est commandé sur le smartphone et la voiture électrique autonome arrive au moins de 2 minutes, en connaissant déjà la destination, pour un prix de course inférieur à un ticket de métro soit 2€ environ. Pour les demandes le matin ou le soir pour les trajets domicile-travail, le prix est plus important si l’on souhaite être seul dans le véhicule électrique. Des offres de trajets groupées, dites « pool » ont alors la faveur de la majorité des utilisateurs et permettent de gérer les périodes de forte demande de mobilité avec un prix de la course tout à fait accessible.

Aucun consommateur ne regrette de s’être débarrassé de sa voiture. Fini les heures improductives, inintéressantes et stressantes derrière le volant matin et soir. Les trajets domicile-travail en voiture électrique autonome permettent de lire ou de préparer la journée de travail. Accessoirement, la voiture électrique autonome a fluidifié le trafic automobile autant que les transports publics aux heures de pointe en complément d’une meilleure flexibilité des horaires d’embauche. Chacun apprécie les quelques minutes de sommeil en plus ou le petit déjeuner pris en famille.

La voiture électrique autonome met les chauffeurs de taxis et VTC au chômage

En 2022, les derniers chauffeurs de taxis font grève pour demander à ce que les voitures autonomes soient bridées à 20km/h, ne circulent pas plus de 5 heures par jour et que leurs passagers ne puissent pas utiliser leur smartphone dans ces véhicules. Il ne reste cependant plus que 16 chauffeurs de taxi dans la capitale française et grand silence d’indifférence fait écho à leur tentative avortée de bloquer la porte Maillot à Paris. Les anciens chauffeurs de VTC se reconvertissent eux dans la nouvelle économie.

Les assurances auto passent du B to C au B to B

Les assureurs automobiles ont complètement revus leur stratégie commerciale. La majorité de leur volume d’affaire se fait désormais avec les entreprises d’informatiques qui produisent les logiciels de voitures électriques autonomes. En effet, le droit a évolué de manière à considérer l’intelligence artificielle de la voiture électrique autonome comme conducteur responsable en cas d’accident. Les compagnies assurent donc des logiciels plutôt que les particuliers. Les publicités télé, internet et papier pour l’assurance auto ont quasiment disparues.

Les petits garagistes indépendants perdent des parts de marché

Les petits garagistes automobiles indépendants disparaissent des grandes agglomérations. En effet, les opérateurs de flottes voitures électriques autonomes investissent dans leur propres centres de maintenance ou font appel à des prestataires via de gros contrats cadre. Par ailleurs, les flottes de voitures électriques autonomes nécessitent moins d’entretien (pas de vidange) et connaissent moins d’accident. Le garagiste du coin voit son activité chuter

 

AAAEP renseigne sur l'actualité de la sécurité routière et de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l'automobile, de la moto, de la route et des tests psychotechniques. Directeur associé de AAAEP, ma société est experte dans la passation de test psychotechnique dans le cadre de la récupération du permis de conduire en cas de suspension, d'annulation ou d'invalidation et plus généralement de retrait de permis de conduire.

Laisser un commentaire